La responsabilité sociale de l’entreprise va-t-elle disparaître avec la crise de la dette ?

Écrit par Pascal Bello le 12 décembre 2011. Posté dans Performance RH, Responsabilité sociale de l'entreprise

Pratiques RH - responsabilité sociale de l'entrepriseUn paradoxe naît de la tension entre les exigences économiques et financières croissantes qui sont imposées aux entreprises et les moyens budgétaires et sociaux que ces dernières sont amenées à adopter pour en limiter les impacts.

En effet, c’est au moment où les contraintes les plus dures apparaissent sur les marchés et où les entreprises se trouvent prises dans la rigueur budgétaire que les démarches sociales engagées doivent faire montre d’un sens des responsabilités exemplaire. Malheureusement, regrettons-le, les dirigeants usent et abusent trop souvent de l’argument économique, dont tout le monde s’accommode par ailleurs, pour justifier leurs restrictions sur le plan social.

Longtemps vu comme une variable d’ajustement, le corps social de l’Entreprise, c’est-à-dire les hommes et les femmes qui composent son capital humain, a systématiquement pâti des mouvements des cycles économiques. À des sorties importantes d’effectifs ont souvent succédé des embauches non moins massives de collaborateurs. Ce qui est vrai pour des périodes de court terme l’est également pour des périodes structurelles de plus long terme. Je rappelle, pour mémoire, les incitations des pouvoirs publics des années 1990 qui ont cru bon de favoriser les préretraites et la sortie des salariés de plus de 55 ans. Ces mêmes pouvoirs publics vantent désormais le rôle des séniors en entreprises et incitent vivement à leur maintien dans les effectifs, par le biais de règles qui s’apparentent à de la « discrimination positive« .

L’attractivité sociale et l’image d’entreprise citoyenne sont des actifs immatériels qu’il est intéressant de posséder.

En pareille situation, la RSE et ses défenseurs, théoriciens et praticiens, nous invitent à considérer avec vigueur et priorité deux composantes de la stratégie d’Entreprise. La première concerne la vision de long terme et la seconde le souci d’équité et de solidarité. Ces considérations permettent d’éviter les soubresauts des cycles et leurs coûts de gestion, tout en préservant la mobilisation et l’implication des collaborateurs. Des bénéfices collatéraux s’observent également dans les gains der réputation et d’image qui en résultent. L’attractivité sociale et l’image d’entreprise citoyenne sont des actifs immatériels qu’il est intéressant de posséder.

En résistant aux politiques de management ultralibérales et en refusant la facilité des ajustements sociaux, les dirigeants d’entreprises font preuve de Lucidité et de Courage. Ils adoptent un nouveau modèle de gestion et définissent ainsi une politique de Responsabilité Sociale d’Entreprise (RSE).

Notez cet article :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (11 vote(s), moyenne : 4,82 sur 5)

Mots-clés : , , , ,

Trackback from your site.

Laisser un commentaire