Du même auteur

Réforme 2014 de la formation  : un souffle un peu court !

Écrit par Alain Meignant le 2 septembre 2015. Posté dans Formation - GPEC

Alain Meignant, auteur du chapitre Formation  du livre Livre RH au quotidien : 100 fiches, fait le point sur les premiers mois de mise en œuvre de la réforme votée le 5 mars 2014.

La réforme de 2014 a été présentée comme ouvrant la possibilité d’un nouveau souffle sur les pratiques de formation. La France en avait bien besoin. Après un premier semestre de mise en pratique, le bilan est mitigé, mais rien n’est perdu.

Share

Formation informelle, apprentissage et création de valeur

Écrit par Alain Meignant le 14 mai 2014. Posté dans Création de valeur

création de valeur-2À l’ère du numérique et du Big Data, beaucoup des produits ou des services qui occupent les premières places des marchés ont été imaginés par des innovateurs, et souvent des réseaux d’innovateurs.

L’histoire longue de la formation oppose régulièrement ceux qui considèrent que sa finalité première est la transmission d’un savoir existant à ceux pour qui elle est avant tout de former des esprits libres et créateurs, en les aidant à transformer leur expérience en connaissance transférable et en action. Cependant, au-delà du socle nécessaire de savoirs fondamentaux, la connaissance stratégiquement différenciante est celle à laquelle les concurrents n’ont pas encore accès. Que les apprentissages soient formels ou informels, intentionnels ou fortuits, individuels ou collectifs, comment les rendre possibles et en recueillir les fruits ?

Share

Présidentielles 2012 : quelle vision politique pour la formation continue ?

Écrit par Alain Meignant le 6 mars 2012. Posté dans Formation - GPEC

La réforme de la formation, thème électoral ?

La loi de 2009 n’a pas eu trois ans pour s’installer qu’on parle déjà de la réformer. Le Conseil Économique et Social, dans un rapport récent bien argumenté,  recommandait de seulement l’améliorer à la marge. Ce rapport ne devait pas avoir les conclusions attendues en haut lieu, puisque Gérard Larcher a dans la foulée été chargé de proposer une «réforme radicale de la formation professionnelle », à échéance d’avril. On parle de faire passer de 10 à 40% la part des dépenses de formation consacrées aux demandeurs d’emploi.  A suivre…

Share